Diabète de type 2 lié au taux plus élevé de la maladie de Parkinson

Les personnes atteintes de diabète de type 2 sont 32% plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson que les personnes sans diabète, révèle une nouvelle étude de l'UCL, de l'Université d'Oxford et de chercheurs de l'Université Queen Mary de Londres.

 Glucomètre "width =" 769 "height =" 577 "/></p><p class=La recherche, publiée aujourd'hui dans Neurologyle journal médical de l'American Académie de neurologie, est la plus grande étude à ce jour sur le lien entre les deux conditions.

"Nous pouvons maintenant dire plus clairement qu'il existe un lien entre le diabète et la maladie de Parkinson, mais nous devons faire plus de recherches pour comprendre la relation – qu'elle soit due à la génétique, aux effets du diabète sur le cerveau ou », a déclaré le principal auteur de l'étude, le professeur Tom Warner (UCL Institute of Neurology).

"Alors que l'association est importante, il est clair que la plupart des personnes atteintes de diabète de type 2 ne développeront pas la maladie de Parkinson", a-t-il dit.

En utilisant les statistiques des épisodes hospitaliers en Angleterre, l'étude a suivi 2 017 115 personnes diagnostiquées avec un diabète de type 2 lors d'une hospitalisation entre 1999 et 2011, excluant les personnes déjà diagnostiquées. plus de 6 millions de personnes de la même base de données sans diabète de type 2.

Parmi les personnes atteintes de diabète, 14 252 ont reçu un diagnostic de maladie de Parkinson lors d'une hospitalisation ultérieure, contre 20 878 dans le groupe témoin.

Après avoir exclu les personnes ayant des problèmes similaires, en tenant compte de l'âge, du sexe et de la région de résidence, ils ont constaté que les personnes atteintes de diabète de type 2 étaient 32% plus susceptibles de recevoir un diagnostic de maladie de Parkinson.

Lire Aussi :  Le CDC admet que le vaccin antigrippal est inefficace ... Protégez contre la grippe avec cette solution infaillible

Le lien était le plus fort chez les jeunes (de 25 à 44 ans) et les personnes avec plus de complications de leur diabète.

Les chercheurs disent que le lien pourrait être dû à une prédisposition génétique commune aux deux conditions, soutenue par des études antérieures trouvant plus de 400 gènes liés au diabète et à la maladie de Parkinson. Cela pourrait expliquer pourquoi le lien était plus fort chez les jeunes, où les gènes peuvent jouer un plus grand rôle.

Le lien peut également refléter l'effet du diabète sur la signalisation de l'insuline dans le cerveau, ce qui correspond à la constatation que les personnes atteintes de diabète compliqué de type 2 font face à un risque particulièrement élevé de maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus répandue dans le monde et cause des troubles du mouvement. Avec le diabète de type 2, le corps résiste à l'insuline, ce qui est nécessaire pour convertir le glucose en énergie. Comme les cellules du cerveau sont particulièrement dépendantes du glucose pour l'énergie, on a longtemps spéculé que les deux maladies pourraient être liées.

Les résultats pourraient aider à faire progresser le traitement de la maladie de Parkinson, ajoutant à la preuve que la restauration de la signalisation de l'insuline du cerveau pourrait avoir un effet protecteur sur le cerveau. Une étude menée par l'UCL et publiée l'année dernière a révélé qu'un médicament couramment utilisé pour traiter le diabète est prometteur non seulement pour soulager les symptômes de la maladie de Parkinson, mais aussi pour modifier l'évolution de la maladie elle-même.

Lire Aussi :  3 000 pas en 30 minutes aident à récupérer d'une insuffisance cardiaque

"Nous avons ajouté à la preuve que le diabète et la maladie de Parkinson sont liés, ce qui soulève à son tour la possibilité qu'ils puissent répondre à des thérapies courantes. Nous espérons que l'amélioration de notre compréhension de la relation entre les deux maladies pourrait aider à améliorer les traitements pour les deux conditions ", a déclaré le co-auteur Dr Alastair Noyce (UCL Institute of Neurology et Queen Mary University of London).

"Des études antérieures ont montré que les personnes atteintes de diabète de type 2 étaient plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson. Notre étude de cohorte, la plus importante à ce jour, permet de clarifier la direction de cette association". auteur Dr Eduardo De Pablo-Fernandez (Institut de neurologie de l'UCL).

L'étude a été menée par des chercheurs de l'Université Queen Mary de Londres et de l'Université d'Oxford, et financée par les Instituts de recherche biomédicale du National Institute for Health Research (NIHR) à Oxford et University College London Hospitals aux États-Unis. Royaume-Uni et le Trust Reta Lila Weston pour la recherche médicale.

Liens utiles

Image

  • Lecteur de glycémie utilisé pour gérer le diabète. (Source: Pixabay)

Université de Londres

Tags: